Les espoirs en difficultés pour la reprise du championnat


Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/tdmwqwz/www/wp-content/themes/asm-omnisports/single-actualites.php on line 80
Les espoirs en difficultés pour la reprise du championnat

Le retour à la compétition aura été compliqué pour le groupe Espoirs de l’ASM. En déplacement sur les terres du finaliste malheureux de la saison dernière, Perpignan, les jeunes « jaune et bleu » se sont heurtés à une équipe plus âgée, et donc plus prête.

Le match :

USAP – ASM : 31-7
USAP : 5 essais (12′ – 19′ – 20′ – 24′ – 54′), 3 transformations (19′ – 20′ – 24′), 1 carton Jaune (72′)
ASM : 1 essai (40′), 1 transformation (40′), 2 cartons jaunes (10′ – 62′)

Une première période sous pression

La première mi-temps du match est à sens unique, ou presque. Sous pression d’un pack catalan solide et structuré, les « jaune et bleu » encaissent les assauts répétés de locaux qui ont parfaitement su tenir le ballon, sans vraiment rompre dans un premier temps. Mais après une succession de fautes, et des usapistes qui choisissent plutôt les pénaltouches que de prendre les points, la première rupture est atteinte à la dixième minute, avec un carton jaune pour Daniel Bibi Biziwu.
C’est à partir de ce moment, et donc à 15 contre 14, que l’USAP a décidé d’accélérer et de varier son jeu. Suite à un pilonnage de la ligne montferrandaise, bien gardée par la défense jaunarde, les catalans décident d’alterner et d’envoyer la balle sur l’aile droite du terrain. En surnombre, les attaquants terminent l’action dans l’en-but pour inscrire les premiers points du match.
Quelques minutes plus tard, et toujours en infériorité numérique dans le pack, Perpignan choisit encore une fois de taper en touche sur une pénalité. Choix payant, puisque le maul termine sa course par un deuxième essai usapiste.
Dès le coup de renvoi, Perpignan récupère le ballon, puis le déplace rapidement vers les ailes. Les locaux débordent la défense asémiste puis combinent bien dans le couloir des 5 mètres, pour inscrire un troisième essai en supériorité numérique.
L’USAP va continuer son accélération et planter un quatrième essai grâce là encore à une excellente variation de son jeu. Après avoir défié le centre du terrain, Perpignan écarte le ballon et trouve une nouvelle fois une brèche dans le couloir des 5 mètres.

Une réaction tardive mais bienvenue
Après ce ¼ d’heure sans vraiment pouvoir respirer, les montferrandais reprennent un peu le jeu sous leurs ailes, et décident de poser la main sur le ballon. Les « jaune et bleu » trouvent plusieurs espaces dans la défense adverse, mais ne parviennent pas à concrétiser, à cause de quelques erreurs techniques dans les derniers gestes.
C’est juste avant la pause que l’ASM trouve enfin le moyen de franchir la ligne d’en-but catalane. Suite à une bonne distribution de Giral, Amona Artaud se projette dans un espace et perce sur une quinzaine de mètres. Il sert sur sa droite le nouvel entrant Anthony Boulogne, qui résiste au retour de plusieurs défenseurs pour aplatir sous le nez de l’arbitre de touche. Une bonne manière de terminer cette première période.

Une deuxième mi-temps plus équilibrée
La seconde période ne verra qu’un nouvel essai, malheureusement catalan, suite à une bonne redistribution des avants, qui jouent entre eux devant la défense et parviennent à décaler le talonneur en bout de ligne. Le match se termine sur le score de 31 à 7 en faveur de Perpignan.

Les réactions
Adel Fellah, entraineur des espoirs, tenait à souligner l’apport du banc clermontois pour renverser une dynamique qui était jusque là assez négative sur ce match : « Nous avons été pris dans le combat et la conquête par une belle équipe. Nous étions étouffés en première période, et j’ai beaucoup plus apprécié l’attitude des entrants, qui ont su apporter quelque chose de nouveau à l’équipe sur ce match ».
Cyril Chirier, entraineur des arrières, met en avant la différence de préparation entre les deux équipes : « L’USAP est une très belle équipe de la poule, et qui semble déjà prête. Il ne faut pas oublier que leur groupe est plus âgé que le notre d’un an en moyenne, et que nous passons par une phase d’apprentissage qu’eux n’ont pas à traverser ».