Bilan de saison des U16 et perspectives de la saison à venir

25 juil.
Bilan de saison des U16 et perspectives de la saison à venir

Cyril Chirier, entraîneur des U16 fait le point sur la saison écoulée, et trace avec Stéphane Eymard, nouvel entraîneur les grandes lignes de la saison à venir.


La catégorie U16 est assez différente des U15. Les joueurs connaissent maintenant le haut niveau, ils connaissent les attentes placées en eux. C'est aussi une catégorie avec un groupe moins homogène au niveau rugby. Certains ont besoin de progresser, d'autres stagnent. La gestion humaine est particulièrement importante. Il faut savoir valoriser les comportements au bon moment. Il est aussi très important de valoriser celui qui a envie de progresser. Il se valorisera de lui-même et sera capable de progresser encore plus.
C'est une catégorie d'âge où "on peut faire ce qu'on veut des joueurs, les emmener là-où on sait qu'ils doivent aller", nous dit Cyril Chirier. Ca veut dire que tout le travail fait en amont, dont les U15 est mis à profit pour mettre en lumière les axes de progrès du joueur. Et malgré les réticences du joueur, qui est dans l'âge de l'opposition, il y va finalement très facilement et avec plaisir. Le but est de s'appuyer sur le mental du joueur pour le faire progresser sportivement.
Tout comme en U15, l'objectif sur le terrain est de rendre le joueur responsable de son activité. Faire en sorte que l'entraîneur soit le détail en plus qui fera la différence. Pour ça, il y a un gros travail fait en collaboration avec Yoan Jendrzejczak en U15, les futurs U16, qui permet de les connaître avant même de les avoir vu à l'entraînement.

Dans le jeu, "on reste grosso modo sur le même qu'en U15, le joueur peut ainsi prendre plus rapidement ses repères. On l'adapte en fonction des joueurs." nous dit Cyril Chirier. Le travail de cette saison a été bien dans la continuité de ce qui avait été mis en place avec Vincent Debaty la saison précédente. A savoir travailler sur les détails. Et maintenir ce discours, de former de bons joueurs pour avoir une bonne équipe.
Un gros travail est fait pour que le joueur, dans la continuité de ce qui a été fait en U15, soit capable de dire pourquoi l'équipe a gagné, pourquoi il a été bon. Et à l'inverse, savoir pourquoi l'équipe a perdu, pourquoi le joueur n'a pas été bon et travailler en conséquence pour progresser. Au final, le joueur et l'équipe ont moins de pression, car ils se mettent des objectifs de moyens et non de résultat. Cyril insiste sur un point "la difficulté est de réussir à motiver en conservant la notion de plaisir". Ce point, Stéphane Eymard (ancien responsable au Pôle Espoirs d'Ussel, entraîneur des France U17) y tient particulièrement, "le joueur ne sera bon que s'il prend plaisir à jouer".

Sportivement, dès le 1er match le staff a compris que la qualification était compromise. Parce qu'avec seulement 2 clubs qualifiés, et dans la poule la présence de 2 équipes particulièrement fortes (Racing et Lyon), de 2 demi-finalistes de la saison précédente (Racing et Oyonnax). Malgré ça, le bilan est bon. Parce qu'au fil de la saison, les jeunes ont pris confiance en eux et on pris conscience qu'ils pouvaient le faire. Mais ça se jouera sur 2 défaites. Dont une face à Lyon à la maison. Le LOU qui s'inclinera en 1/2 finale face au futur champion, le Racing. Tout au long de la saison, la difficulté pour le staff aura été de motiver le groupe, en sachant que la qualification devenait très hypothétique. Pour ne pas démotiver les joueurs. C'est là aussi que le staff a besoin de s'appuyer sur les parents des joueurs, pour que ces derniers encouragent leurs enfants aussi, leur fassent comprendre que le haut niveau c'est beaucoup de travail.
En complément, pour les joueurs en double licence, le rôle des entraîneurs des autres clubs est primordial. Ils doivent faire comprendre aux joueurs qu'évoluer au plus haut niveau est une chance. Ils ont un rôle de relais du staff de l'ASM lorsqu'un de leurs joueurs n'est pas retenu le WE.

La saison aura été source de belles satisfactions. Le fait que 2 cadets U15 s'imposent rapidement dans le groupe, avec le statut de titulaire. C'était une belle source de motivation pour l'ensemble du groupe. D'autant plus que ces 2 joueurs se sont révélés être des dominants dans leur jeu. Ils ne sont pas encore des leaders, mais ils ont les capacités pour y arriver. S'ils travaillent sérieusement. La sélection en Equipe de France de Killian Tixeront est une belle réussite. C'est avant tout le fruit de son travail. Et bien sûr, la force de caractère du groupe, qui malgré la qualification devenue compliquée, a su continuer à travailler avec sérieux.
"Tout n'a pas été parfait, bien sûr, sinon on aurait été champions de France", précise Cyril Chirier, avant d'ajouter "ce n'est jamais facile à gérer les blessés, surtout quand ce sont des joueurs importants, tout comme la démotivation légitime de quelques rares jeunes qui jouent peu. Non pas qu'ils ne soient pas bons. Mais parce qu'à leur poste, il y a un joueur meilleur qu'eux. Alors ils doivent travailler encore plus. Et avec la vie scolaire à côté à gérer, c'est très difficile pour eux".

C'est entre autres pour ça que différentes choses vont être modifiées la saison prochaine. Déjà, renforcer le travail avec Lauriane, sur le suivi scolaire de chaque joueur. Avec en particulier des créneau individualisés, déjà existants, qui vont être aussi renforcés. Non pas en quantité, mais en contenu. En fonction des résultats scolaires, de l'évolution du jeu et du mental du joueur, chaque jeune aura un contenu différent. Axé sur le rugby et le physique, le mental et le scolaire, ou la préférence motrice. Le but étant d'aider le joueur à progresser là où il en a besoin.
Vont également être renforcés la préparation mentale avec Michel Berger, ainsi que la préférence motrice avec Gérald Guillaume.
Cyril Chirier attend avec impatience de démarrer cette nouvelle saison avec Stéphane Eymard. Pour bénéficier de son retour d'expérience, pour progresser dans sa façon de coacher l'équipe et le joueur et d'encadrer. "Parce que notre métier à nous entraîneurs, c'est aussi de progresser nous-même, nous adapter continuellement, pour être capable d'anticiper les changements à venir", insiste Cyril Chirier.

La vision du rugby auprès des jeunes, de la part de Cyril Chirier et Stéphane Eymard sont sensiblement identiques. "Pour que le joueur se développe, il doit se faire plaisir sur le terrain. Sa progression individuelle entraînera immanquablement une progression collective". Le vécu de Stéphane Eymard lui permet de dire et de faire passer le message aux jeunes joueurs que "le rugby de haut niveau c'est la vitesse. Donc il faut répéter sans cesse les gestes pour gagner du temps, donner de la vitesse pour aller encore plus vite, progresser et ainsi se rapprocher encore plus du très haut niveau. On va encore plus s'appuyer sur les points forts du joueurs pour qu'il progresse sur tout." Cyril Chirier pointe un constat déjà fait depuis longtemps "on a un retard sur la quantité de qualité, du fait d'un bassin de joueurs potentiels plus faible, alors on doit fournir un travail encore plus important sur le joueur". Un constat partagé par Stéphane Eymard.
Ce dernier insiste bien sur un point. "Je ne viens pas pour tout révolutionner. Bien au contraire L'ASM a déjà mis en place tellement de choses dans le bien-être du joueur. Les infrastructures de travail sont parfaites. Je viens partager mon expérience avec les autres entraîneurs, partager leurs expériences à eux, dans toutes les catégories. Pour rendre le travail des jeunes encore plus efficace, en mettant en place toutes les conditions nécessaires." A ceci s'ajoute une connaissance parfaite du club par Cyril Chirier, qui est à l'ASM depuis 10 ans. D'abord comme joueur puis comme entraîneur.
Il y a une volonté très forte de la part de Cyril et Stéphane de placer l'humain au coeur du travail des joueurs. En faire des personnes bien. Et ça passe par de nombreux échanges entre staffs, pour être le plus précis possible, pour aller encore plus loin avec les joueurs, que chaque joueur s'approprie la culture du club. Il y a la volonté de trouver des consensus pour construire un parcours complet sur tous les âges. Travailler sur l'innovation qui est déjà un point fort du club, dans l'unique but d'aider le joueur à se développer en tant que joueur bien sûr, mais surtout en tant qu'homme. Qu'il acquiert l'autonomie sur le terrain. Que l'exigence qu'il a sur le terrain, il la transpose en dehors du terrain, en faire profiter ses copains. Qu'il soit capable de faire son auto-critique. Comme le dit Stéphane, "Les bons gens font les bons élèves qui font les bons joueurs, ou travailleurs".

Les objectifs sportifs sont importants, bien sûr. Tous sont des compétiteurs qui détestent perdre. Mais pour avoir de bons résultats, il faut travailler tout en gardant à l'esprit la notion de plaisir. Et Stéphane de conclure : "La compétition est le révélateur du haut niveau à l'instant T, de l'évolution du jeune".


Photo : David Zima

Retour