[Portrait de] Emma Coudert

09 oct.
[Portrait de] Emma Coudert

A tout juste 18 ans, Emma Coudert est déjà une sportive de haut niveau. Sélectionnée avec le XV de France et évoluant en Top 16 avec l'ASM Romagnat Rugby Féminin, cette jeune étudiante en STAPS se donne les moyens de performer en s'entrainant deux à trois fois par jour. Compétitrice dans l'âme, Emma rêve de participer à une Coupe du Monde et d'être championne de France avec son équipe ! Si elle souhaite percer dans le monde du rugby, elle a aussi pour ambition de poursuivre ses études et de se spécialiser en diététique.

ASM : Emma, pourriez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?
Emma Coudert : J'ai 18 ans. Je suis en deuxième année de licence STAPS, mention Activité Physique Adapté Santé et je suis très intéressée par la branche diététique.
J'ai commencé le rugby à l'âge de 8 ans, en Corrèze. Mon père et mon frère en faisaient. Alors cela m'a donné envie d'essayer. Ce sport, c'est une histoire de famille !
J'ai arrêté assez rapidement car ma mère avait peur que je me fasse mal. Je faisais du rugby avec des garçons. A cet âge, il n'y a pas d'équipe seulement pour les filles.
J'ai pratiqué beaucoup d'autres sports quand j'étais au collège. Et à 15 ans, j'ai décidé de reprendre le rugby, à Neuvic. A 16 ans, j'ai intégré le Pôle Espoir, à Issoire.
En même temps, je me suis licenciée au club de l'ASM.

ASM : Comment êtes-vous arrivée au sein du club de l'ASM ?
EC : Je suis venue à l'ASM car c'est une structure qui offre un haut niveau pour les filles et qui a des moyens et des infrastructures permettant des entrainements quotidiens.

ASM : Quelles sont vos missions ?
EC : J'ai un contrat professionnel avec la Fédération Française de Rugby ce qui me permet de m'entrainer deux à trois fois par jour. En plus de réaliser ce que le XV de France me demande en termes de préparation physique, de musculation et de temps sur le terrain, je m'entraine avec l'ASM.
Chaque séance dure entre 1 heure 30 et 2 heures. Depuis deux années, je participe également au championnat de rugby universitaire. J'ai le statut de sportive de haut niveau ce qui devrait me permettre d'avoir des aménagements de mon emploi du temps à la faculté. Toutefois, il y a encore des points à améliorer pour que je puisse pratiquer pleinement mon activité dans le cadre de mon double projet.

ASM : Quel est votre objectif pour la saison ?
EC : Le championnat féminin est différent cette année car nous passons sur un Top 16 au lieu d'un Top 8. Il y a plus d'équipes donc différents niveaux. Pour cette saison, j'aimerais que nous soyons dans le milieu de tableau, voire le haut...
Concernant ma saison avec l'équipe de France, j'aimerais participer à la tournée de novembre ainsi qu'au tournoi des VI nations en 2019.

ASM : Qu'est-ce que vous apporte le rugby ?
EC : J'ai toujours eu besoin de faire beaucoup de sport et de me dépenser. Le rugby remplit pleinement ce besoin ! Ce sport d'équipe permet de rencontrer des gens très ouverts, avec différentes valeurs. Toutes les filles ne sont pas au même niveau et n'évoluent pas au même rythme. Il faut s'entraider et avoir un esprit de cohésion. Le rugby m'a aussi apporté la détermination, l'exigence et l'ouverture d'esprit !

ASM : Qu'est-ce qui vous plait dans le rugby ?
EC : Grâce au rugby, j'ai fait beaucoup de rencontres. J'ai vécu des événements qui resteront à jamais dans ma mémoire et qui sont remplis d'émotion. Par exemple, pour ma première sélection en équipe de France, je venais d'avoir 18 ans,… C'était un match contre l'Irlande et quand la Marseillaise a retenti dans le stade, c'était à couper le souffle !
Je sais que je n'ai pas la même vie que les filles de mon âge. Je ne sors pas, je ne bois pas, je fais attention à ce que je mange, et je m'entraine beaucoup. Mais je vis des moments de vie extraordinaires et qui me plaisent. Il y a beaucoup
de défis à relever pour parvenir aux objectifs fixés. Mais ce serait un rêve d'être championne de France, de participer à une Coupe du Monde et de la gagner ! Le rugby féminin est en cours d'évolution. Je trouve ça très gratifiant pour les joueuses. C'est un sport qui est de plus en plus médiatisé. Par exemple, les matchs de la tournée de novembre seront diffusés par France 2.
Il existe de plus en plus de structures et de clubs qui proposent du rugby féminins, même pour les jeunes. Le niveau est donc en évolution chaque année. C'est une belle récompense pour le rugby féminin …

ASM : L'ASM en quelques mots ?
EC : C'est un club familial où la bonne ambiance règne. Il y a quand même un esprit de compétition très présent. L'ASM est en effet un club qui met en place des moyens pour que les équipes et les différentes sections progressent. C'est une association qui a une place particulière pour les Clermontois.

ASM : Si vous étiez un restaurant, un endroit ou un événement à Clermont-Ferrand,
vous seriez ?
EC : J'aime beaucoup manger. Et j'aime bien les chaussures aussi. Quand j'ai du temps libre, je vais faire les magasins à Jaude, et je vais aussi au restaurant car ça permet de relâcher la pression.

ASM : Si vous n'aviez pas fait de rugby, quel sport auriez-vous pratiqué ?
EC : J'ai pratiqué beaucoup de sports mais je pense que j'aurais fait du triathlon ! C'est un sport très complet et il faut être bon dans les trois disciplines. J'aime faire face à la difficulté et relever les défis et je pense que, dans ce sport, il faut se faire violence.

Contacts Presse :
Corinne CAZABONNE – 06 70 54 80 21
Marie-Luce BOZOM – 06 15 15 63 20
www.asm-omnisports.com

Téléchargez le [Portrait de] Emma Coudert ici.

Retour