Historique

Equipe course à pied ASM Championnat de France 1938Ce fut dans la course à pied que l’A.S. Michelin remporta ses premiers lauriers. Ceci se comprend facilement car, dès sa création, l’A.S.M. a bénéficié de l’appoint de nombreux pedestrians formés au Sporting-Club Clermontois qui avait été créé par A. Charlin, homme animé d’une foi immense pour la course à pied.

Ce sport devait connaître une grande vogue grâce à un tour pédestre de Clermont organisé en 1910 et auquel plus de 80 concurrents participèrent sur les boulevards extérieurs de l’agglomération. L’équipe de cross-country « jaune et bleu » enlevait aussitôt le Championnat du Bourbonnais devant la meilleure formation de la région.
C’est d’ailleurs grâce à l’athlète Roger Pelé que l’A.S.M. remporte un de ces deux premiers titres nationaux, l’autre revenant au lutteur Domas.
En 1922, les athlètes se mettaient à nouveau en vedette, battaient le C.A.S.G. de Paris, le R.C. de France et l’U.S. Métro puis, un peu plus tard, enlevaient 9 titres au Championnat du Centre. Cette saison 1922 devait être faste pour les athlètes de l’A.S.M. puisque l’un des purs produits du club, Roger Pelé, alors militaire, remporta le titre de champion de France du 1.500 mètres.

L'ASM, un club connu dans le monde entier 

Victoires et titres se succédaient au fil des années aussi bien en athlétisme qu’en cross et beaucoup de nos athlètes devinrent célèbres et firent connaître l’A.S.M. à travers le monde. Nous citerons pour mémoire tous les champions de France d’athlétisme ou de cross qui ont nom : Arnaudin, sélectionné aux Jeux Olympiques en 1964, Mardel, champion de France du décathlon, Pelé, Cuzol, Cérou, les populaires Rérolle, plusieurs fois champions de France aussi bien en athlétisme qu’en cross ainsi que Vintousky, voire nos représentants olympiques de Tokyo et de Mexico : Duriez et d’Encausse (lien ici).
Nos crossmen, à titre individuel ou par équipe, devaient gagner les cross les plus renommés. Chez les juniors scolaires et universitaires, Trapon, Alric, Albaret, Arnaud, Bellon, Fournet, Gorce, Gidel, Gaydier, Nuguet, Lebon, Siman ainsi que les Coudeyre, Arbona, Danilo, Malet et les militaires Dozolme, Malfreyt, Régisidel, Trapon devaient s’illustrer comme champions ou internationaux (galerie photos en lien ici).

L'athlétisme féminin à l'ASM 

C’est après les hostilités que le sport féminin prit toute son extension à l’A.S.M. et tout particulièrement l’athlétisme féminin. Édith Travers, qui fut une bonne athlète, au javelot surtout et avec l’important apport de la section basket, obtint d’excellents résultats.
L’A.S.M. fut vainqueur de la Coupe de France en 1958 et 1959 et juniors et cadettes enlevaient les triathlons en 1959. L’A.S.M. était alors classée premier club féminin français. Danièle Thourot fut championne de France ASSU des triathlons, en 1957 et Jacqueline Verots remportera les triathlons juniors, en 1960. Angèle Picado fut recordwomen de France du 80 haies et du 100 m. et Josiane Bordelier recordwomen de France juniors poids et disque. Toutes deux furent internationales ainsi que les juniors Michel et Neury Berthomme sacrée international B. La section était alors managée par M. Feron, professeur d’E.P. et Sports au C.R.E.P.S. de Châtel-Guyon.

Des années 1970 à nos jours

Si l’athlétisme n’a plus le grand renom d’autrefois, notre section est toujours aussi vivante et quelques athlètes vont continuer à dominer certaines saisons. Chez les féminines, Pïnsolle et Tremblay furent sélectionnées en France B. Nous citerons encore Force, Chaize, Bonnemoy et, en dernier lieu, Arlette Vidal, championne de France ASSU junior 1970. Chez les garçons, en 1970, le grand athlète qu’est Duriez, après avoir représenté deux fois l’A.S.M. aux Jeux Olympiques de Tokyo et de Mexico, avec H. D’Encausse, abandonne la compétition. Mais Kheddar, qui a été couronné champion de France militaire et international de cross, nous a brillamment représenté tandis que le jeune Bombled était sacré champion de France junior du 2.000 steeple et que Gervais, classé 3e au Championnat de France de triple saut, mérite une sélection. Quant à Hervé d’Encausse, il continua régulièrement la compétition en élevant à plus de 5 mètres le maillot jaune et bleu de l’A.S.M.
À la veille de l’an 2000, Michelle Thiebault, alors Présidente de la section, évoquait la section athlétisme en ces termes : « La vie est une lutte perpétuelle. Pour affronter ce combat, il est nécessaire de tremper sa volonté et pour cela, il faut s’aguerrir par l’effort, vaincre la peur et la douleur. Qui, mieux que le sport, peut permettre un tel développement physique et moral de l’individu ? L’athlétisme, un des plus anciens sports pratiqué chez les Grecs bien avant Jésus-Christ sous le nom de pentathle, apporte à ses pratiquants une grande variété d’activités. Ce fut aussi un des premiers sports pratiqués à l’ASM. Dès 1910, nous retrouvons des coureurs sous les couleurs « jaune et bleu ». La section d’athlétisme a toujours existé au sein de notre club. Bon nombre d’internationaux ont contribué à son renom et à celui de l’ASM. À l’heure où le sport est de plus en plus sponsorisé et médiatisé -et l’athlétisme n’échappe pas à cette règle-, de nouvelles valeurs s’instaurent, rompant avec les mythes et les symboles connus jusqu’alors. Mais attention aux effets pervers qui peuvent nous conduire à oublier que le sport est « un jeu » ! Nous devons faire naître, chez les jeunes qui nous sont confiés, la conscience du mouvement, la confiance en eux-mêmes, leur apprendre à percevoir les techniques de base qui peuvent les amener à un très bon niveau : leur apprendre à se dépasser sans pour cela oublier les autres. L’athlétisme, sport de base par excellence, permet à tout à chacun, de trouver une activité qui lui convient : les courses, les sauts et les lancers lui ouvrent tout un éventail de possibilités quel que soit son âge. Et les vétérans ne me démentiront pas puisqu’ils ou elles peuvent toujours pratiquer la compétition en jaune et bleu. Nous souhaitons une longue vie à cette section qui a su résister aux tempêtes et qui, grâce à un bon collectif d’entraîneurs, de dirigeants et un grand nombre d’athlètes très motivés, poursuit son chemin vers les résultats meilleurs chaque année. Que l’approche de l’an 2000 lui ouvre des perspectives nouvelles et permette à ses membres de se libérer dans ce qui devrait rester un jeu».

Zoom sur : La perche à l’A.S. MONTFERRAND et à Clermont, une tradition (en lien ici)