French as a Foreign Language à l’ASM : qu’est-ce que c’est ?

18 nov.
French as a Foreign Language à l’ASM : qu’est-ce que c’est ?

Cette année encore, trois de nos joueurs Espoirs suivent des cours de français. Il s'agit de Miles Amatosero (Australie), Ratu Jone Naulunisau et Mesake Kurisaru (Fidji). Ces cours ont un objectif principal : facilité l'intégration de ces jeunes joueurs.


Depuis toujours, l'ASM permet à ses jeunes joueurs étrangers d'apprendre le français. Cet apprentissage vise avant tout à aider ces jeunes étrangers à pouvoir s'intégrer plus facilement à la fois dans un collectif sportif francophone, et dans la vie quotidienne.

Il y a quelques années, l'effectif a compté dans ses rangs des joueurs venant de nombreux pays : Fidji, Géorgie, Grande-Bretagne, Usa, Canada, etc… Un partenariat avait été mis en place avec la Faculté de Lettres de Clermont-Ferrand. Il avait toute sa légitimité du fait du nombre relativement important de joueurs qui en bénéficiaient. Maintenant que nous avons recentrer nos recrutements sur les jeunes joueurs évoluant dans des clubs de la région, le nombre de joueurs étrangers a fortement baissé, il fallait s'adapter.

Nous tenons tout de même à conserver ces liens très particuliers qui nous unissent avec les Fidji. C'est pourquoi il y a en moyenne un joueur par saison qui vient de ces îles du Pacifique, qui nous ont apporté par le passé des joueurs comme N. Nalaga, N. Nakaitaci, K. Murimurivalu, P. Yato ou encore A. Raka.
Par ailleurs, les centres de formation ont obligation d'inscrire leurs joueurs sous convention LNR dans un projet extra-sportif. Pour ces jeunes, l'apprentissage du français comme langue étrangère est apparu comme une évidence pour leur intégration.

Le nombre de joueurs étrangers ayant fortement baissé, le partenariat avec la Faculté de Lettres n'est plus adapté et ne se justifie plus. C'est pourquoi, nous proposons à ces jeunes un parcours « sur-mesure ». Chaque joueur est inscrit auprès de l'ADPS Formation (Association pour le Développement Professionnel des Sportifs) et suit des cours de français avec Audrey. Ce dispositif est complété par une étudiante en langues, Katia Hammiche, qui vient dispenser quelques heures de cours par semaine à nos 3 joueurs. Ces cours entrent dans le cadre de son stage d'étude auprès de son université.
Ce dispositif « sur-mesure » nous permet également d'insérer plus facilement ces cours de FLE (French as a Foreign Language ou Français comme Langue Etrangère) dans les plannings très chargés des joueurs.

Et c'est tout naturellement que l'AJR, Amicale des Jeunes Rugbymen de l'ASM, prend le relais financier pour aider la section. En effet l'objet même de cette association est de soutenir et accompagner les objectifs pédagogiques de la section rugby de l'ASM dans l'accompagnement individualisé de nos jeunes. Une fois encore l'AJR remplit sa mission en nous permettant d'accueillir une jeune étudiante dans le cadre de son cursus universitaire, et en offrant à nos joueurs des cours quasi quotidiens pour une intégration accélérée. L'ensemble de la section rugby remercie le travail et l'aide apportés par l'AJR et ses bénévoles au quotidien.

"Cet investissement est particulièrement important, aussi bien pour le joueur que pour nous", insiste Bertrand Rioux. Les joueurs en 1er lieu, qui peuvent "mieux découvrir une nouvelle culture, participer plus facilement à la vie du groupe très majoritairement francophone. Et plus globalement pour leur épanouissement personnel." Ensuite pour nous l'ASM, aussi bien le Centre de Formation que le groupe professionnel, puisque "la communication entre les joueurs et les staffs, la cohésion de groupe sont facilitées et de meilleure qualité."


Texte : JB/ASM Omnisports Rugby

Retour