Quand la notion de bénévolat prend tout son sens !

22 mai
Quand la notion de bénévolat prend tout son sens !

Dimanche 26 février, au complexe sportif de la Gauthière, la section Kendo organisait la 5ème édition du Kazan No Bushi « guerrier des volcans ». Cet événement était l'occasion d'échanger avec les bénévoles présents, sur leur rôle au sein de la section. La veille, les compétiteurs avaient suivi une journée de stage, parrainée par Roger Armand (7e dan) et, eu lieu un passage de grade. Le lendemain, dimanche, la compétition commençait.

Ce jour-là, le silence régnait dans la salle, qui accueille habitude le basket. Mais rapidement, les cris des kendokas, qui combattent, viennent rompre ce silence presque studieux. Les encouragements des supporters s'y ajoutent. La compétition bat son plein. Côté buvette, le calme règne. C'est l'endroit idéal pour échanger entre bénévoles.

Jean Saurat, Président de la section Judo, n'est pas là par hasard. La section Kendo est sous la tutelle du Judo. Il nous explique que le Kendo est un sport confidentiel, avec quelque 40 pratiquants à Clermont-Ferrand. Aussi, quand une compétition d'envergure nationale est organisée, la section Kendo fait appel à toutes les autres pour venir en renfort avec leurs bénévoles.

Le bénévolat est au cœur du Kendo. On peut même dire que cette mentalité est ancrée dans la tête des combattants. Jean Saura met en lumière, la rigueur dans le comportement des kendokas, leur respect des autres, de l'environnement, et du professeur.

Les combattants sont tous des bénévoles. Ils ne sont jamais inactifs lors d'une compétition. Dès qu'ils ont terminé un combat, ils prennent le rôle d'arbitre et les arbitres deviennent les prochains combattants.

Ce sport confidentiel les oblige à être multifonctions : comme nous l'explique Fabrice Kwiatkowski, toujours présent lors des compétitions et le fondateur de la section Kendo dans les années 80. « Lorsqu'on pratique le Kendo on est capable de tenir tous les rôles ». Le Kendo qui est un sport éducatif permet aux jeunes de trouver leur place dans la société. Les combattants acquièrent confiance en eux, ce qui les aide à grandir, pour les plus jeunes et pour les plus âgés à affronter plus facilement le quotidien. Fabrice Kwiatkowski est un homme de transmission et de partage, c'est à travers son rôle d'entraineur, pendant plus de 20 ans, qu'il a accompagné les jeunes kendokas.

Aujourd'hui, il n'entraine plus, mais il aide à la formation des futurs enseignants. Il nous a expliqué les fondamentaux de l'enseignement, comme le droit à l'erreur et l'enthousiasme à générer chez les jeunes. Le maître mot de l'enseignement est selon lui la modestie.

En ce dimanche de compétition, l'organisation repose sur certains bénévoles du Judo notamment pour la buvette et l'entretien de la salle. Franck Guadagno, un jeune Riomois, poissonnier la semaine, vient le week-end aider son ami Allan Tapia, compétiteur et coordinateur de cette compétition. Ce n'est pas la première fois puisque sa première expérience dans le bénévolat remonte à quelques années. Allan l'avait appelé en renfort à la buvette et depuis il est toujours au rendez-vous. Pour

lui, le bénévolat, c'est la possibilité de voir les coulisses et de participer. Il n'est pas du tout tenté par la pratique du Kendo, c'est plutôt le basket qui l'intéresse, mais qu'importe, c'est un garçon curieux. L'envers du décor lui permet de comprendre ce sport méconnu, c'est ce qui lui plait dans le bénévolat. Il s'agit d'un réel enrichissement personnel et d'apporter son aide à un ami.

Sylvain Robert est l'exemple parfait du bénévolat chez les kendokas : teneur de table, arbitre, compétiteur et enseignant de la section, quatre rôles qui lui tiennent à cœur. Pour lui, c'est la soif d'apprendre qui lui permet d'avancer, il faut communiquer avec les autres pour en apprendre toujours davantage.

Dans le Kendo, il y a une entraide entre les différents clubs pour que les compétitions aient lieu. C'est pourquoi nous avons rencontré l'un des membres du Jury de passage de grade, Thierry Mayaud, qui a fait le déplacement depuis le club de Mélan à Grenoble.
Il est arbitre depuis une vingtaine d'années et lorsqu'il aborde le sujet du bénévolat il parle d'un cercle vertueux, auquel sont rattachés ceux qu'il appelle les « anciens ». Ils sont les maîtres de la transmission et c'est encore une fois les notions de respect et de partage qui sont mis en avant.

Toutes les paroles des bénévoles réunies, nous retiendrons que ce sport, certes confidentiel, est un sport avec de grandes valeurs humaines. Cette section Kendo rime avec le mot bénévolat, presqu'une forme de citoyenneté individuelle et collective.

Retour