[PORTRAIT DE] Michel Verger

30 nov.
[PORTRAIT DE] Michel Verger

Passionné par le sport, Michel Verger est un préparateur mental confirmé. Diplômé d'un CAPEPS, d'un DEA STAPS - psychologie sociale du sport et d'une thèse en sciences du sport (psychologie du sport), il met ses compétences et connaissances au service des sportifs asémistes. Grâce à ses années d'expérience en accompagnement, Michel Verger souhaite préparer les sportifs afin de les aider à parvenir aux objectifs fixés, mais également faire entendre que la préparation mentale fait partie intégrante de l'entrainement.

ASM : Michel, pourriez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?
Michel Verger : J'ai passé le CAPES ADPS en 1978 et j'ai également obtenu un brevet d'état 2ème degrés de natation sportive car j'étais nageur et entraineur (Club des nageurs de Chamalières, puis C.M.N.).
Ensuite, j'ai été amené à réaliser des missions au centre national d'entrainement à l'INSEP, orienté surtout sur la physiologie et biomécanique.
J'ai eu la chance, en 1981, de rencontrer Edgar Thill, qui était le directeur du laboratoire de psychologie du sport de l'INSEP, et nous avons travaillé ensemble sur la préparation mentale. A cette époque, j'étais enseignant à l'UFR STAPS de Clermont-Ferrand et j'ai repris mes études en parallèle, en faisant un DEA en psychologie du sport et un DEA de psychologie sociale. Cela m'a permis d'avoir les bases fondamentales de la psychologie de l'individu au sein d'un groupe ou d'un environnement. Suite à ces diplômes, j'ai réalisé une thèse sur les apprentissages moteurs et les effets de l'environnement sur ces apprentissages.
J'ai continué, ensuite, à répondre à des demandes de sportifs de haut-niveau concernant la préparation mentale, tout en étant enseignant à l'UFR STAPS. J'ai créé le Diplôme Universitaire « Préparation Mentale » en 2004, afin d'aider et de former les entraineurs.
A l'heure actuelle, je suis en retraite de l'éducation nationale, mais pas en retraite de la préparation mentale. Je travaille à l'ASM et je continue à répondre à des demandes extérieures si elles concordent avec le cadre déontologique que j'ai défini (haut-niveau, durée du suivi…). La meilleure solution est d'envisager un travail sur une durée parfois très longue pour obtenir de bons résultats. Les exemples de grands champions le démontrent (Teddy Riner, Toni Estanget, Florent Manaudou, Camille Lacour, Charlotte Bonnet …)

ASM : Comment êtes-vous arrivé au sein du club de l'ASM ?
MV: En 1999 l'ASM, en particulier le rugby, a souhaité évoluer et devenir professionnel. Christophe Mombet, manager général, a fait un audit et j'ai été retenu pour travailler avec les rugbymen. J'ai poursuivi mon action auprès des jeunes rugbymen du centre de formation. Depuis deux ans, avec la mise en place du pôle d'excellence de formation, je travaille avec les différentes sections pour développer tous les piliers de la performance.

ASM : Quelles sont vos missions au sein de l'ASM et du dispositif « excellence de formation » ?
MV: Je réponds aux différentes demandes des sections ou des sportifs asémistes et mon interlocuteur principal au sein de l'ASM est Freddy Maso. Cette année, nous avons également mis en place un livret pour les sportifs du Collège et Lycée de tous les Talents. Cet outil permet aux entraineurs et aux athlètes d'avoir une définition partagée de la préparation mentale. Les athlètes le reçoivent en début d'année et peuvent le compléter. Je me tiens à leur disposition pour les aider, et, dans l'année au moins, un entretien individuel et/ou collectif en fonction des besoins de chacun est obligatoire. Avec Freddy, nous avons également mis en place une formation pour les entraineurs, avec des initiations à la préparation mentale.

ASM : Quel est votre objectif pour la saison ?
MV : C'est d'accompagner les sportifs vers leurs objectifs. La préparation mentale c'est aider les personnes à anticiper les événements, donc mon objectif est de le faire de la manière la plus optimale possible. Plus on va vers le haut-niveau, plus il est nécessaire d'anticiper et de se préparer pour éviter la contre-performance.

ASM : En quoi la préparation mentale est-elle indispensable pour les sportifs ?
MV : Lorsque j'étais jeune sportif je me posais des questions et personne ne pouvait y répondre. Un jour, je me suis retrouvé sur un plot de départ (natation) avec deux étrangers, un russe et un américain, qui mesuraient deux mètres et pendant plusieurs secondes, je n'étais pas concentré sur ma course mais plutôt sur la taille de mes concurrents ! Donc j'ai fait un départ en catastrophe et je n'ai pas réussi à rattraper mon retard. Ce sont des situations comme celles-ci qui m'ont fait dire qu'il fallait travailler d'autres choses que le physique. A partir de ce moment, j'ai souhaité trouver des solutions ou des pistes qui pourraient m'aider à surpasser ces moments de déconcentration ou de stress.
Suite à ma rencontre avec Edgar Thill, j'en suis venu à la conclusion qu'il existait des techniques de préparation mentale, en grande partie anglo-saxonne ou orientale (méditation, relaxation). Les outils étaient présents mais jamais présentés dans le domaine du sport ou de l'école et j'ai souhaité que tout cela évolue.
Il est nécessaire de comprendre que la préparation mentale doit faire partie de l'entrainement, c'est de l'attention et de la concentration. C'est une gestion attentionnelle à un instant T, qui permet de prendre le pas sur des adversaires qui peuvent être moins concentrés à ce moment-là. La préparation mentale c'est aussi apporter du bien-être aux individus.

ASM : Qu'est-ce qui vous plait dans la préparation mentale ?
MV : Ce qui est plaisant c'est de préparer au changement, d'accompagner les sportifs et leurs parents dans un changement de vie, et de trouver le temps de s'y préparer. Dans une journée vous avez 1440 minutes, 5 minutes peuvent suffire pour travailler sur la préparation mentale, il faut être capable de les trouver.
Il est important de valoriser le sportif, la confiance en soi est fondamentale pour parvenir aux objectifs fixés. Il faut souvent transformer le négatif en positif, c'est aussi ça la préparation mentale.

ASM : L'ASM en quelques mots ?
MV : C'est un club historique, bienveillant et ouvert, par conséquent il est performant. Les dirigeants prennent en considération tous les aspects de la vie, la notion de respect est omniprésente à l'ASM.

ASM : Si vous étiez un restaurant, un endroit ou un événement à Clermont-Ferrand, vous seriez ?
MV : Un lac ou une rivière.

ASM : Si vous n'aviez pas été préparateur mental, quel profession exerceriez-vous ?
MV : J'aurais été musicien, plus jeune je faisais de la flute traversière ! Donc flutiste professionnel.

Contacts Presse :
Corinne CAZABONNE – 06 70 54 80 21
Marie-Luce BOZOM – 06 15 15 63 20
www.asm-omnisports.com
www.facebook.com/ASMOmnisports63

Téléchargez le portrait de Michel Verger en cliquant-ici.

Retour