L’ASM Omnisports innove avec le projet « Matursport »

L'adolescence est une période charnière pour les jeunes sportifs. C'est aussi un âge où de grandes différences morphologiques existent entre les athlètes en construction. Avec ce nouveau programme mis en place par les éducateurs asémiste et dirigé par Freddy Maso, on tient compte du Bio-banding (la maturité et l'avancement de la croissance) et pas seulement de l'âge réel ou la catégorie de poids. Une méthode révolutionnaire encore en plein développement qui propose de nombreux avantages…


Nous sommes nés tous les 2 en 2003 !

Décryptage !
Le constat initial est simple : Tous les enfants ne grandissent pas de façon uniforme et simultanée en fonction de leur seule date de naissance. En effet, il existe des variations très importantes de l'état d'avancement physique et de la maturité entre 10 et 16 ans. Ainsi, certains enfants grandissent très rapidement entre 10 et 12 ans avant de ralentir leur croissance, d'autres ont une maturité plus tardive. L'idée et la base de ce projet « Matursport » est de s'affranchir de ce phénomène de croissance pour permettre aux joueurs à maturité précoce d'évoluer avec des adversaires à leur « taille » et à ceux dont la maturité est plus tardive de ne pas être oubliés ou délaissés pour l'unique raison, d'un manque physique au mauvais moment.

Depuis la nuit des temps, les sportifs sont pourtant confrontés à cette situation. Celle-ci peut être amplifiée en fonction du mois de naissance de l'enfant. En effet, la plupart des disciplines sportives se pratiquent par année d'âge. Les jeunes nés en fin d'année peuvent donc se retrouver confrontés à des jeunes nés en début d'année, dont généralement plus mature physiquement. Chez les plus jeunes, en pleine croissance, cette année d'écart peut faire la différence en défaveur du plus jeune. La répartition des mois de naissance chez les sportifs de haut niveau est loin d'être régulière. On constate d'ailleurs que plus de 80% d'entre eux sont nés lors des premiers mois de l'année (entre janvier et août).

« Ne pas confondre taille et talent »
Freddy Maso, directeur sportif pour la section ASM Rugby, a décidé de lancer un programme pour favoriser le développement de chacun en fonction de sa maturité physique. « L'idée est de prendre en considération l'évolution de la croissance des jeunes en fonction de plusieurs paramètres qui vont nous permettre de déterminer pour chacun un pourcentage de sa taille adulte estimée (par exemple un enfant qui mesure actuellement 1.70 m et dont sa taille est estimée à 1.90m est donc à 90.5% de sa taille adulte). L'expérience conduite en avril 2017 dans les rangs asémistes a permis par exemple de déterminer chez les moins de 14 ans, 3 groupes distincts : moins de 90% / entre 90 et 95% / plus de 95% de la taille adulte». Dans tous les clubs de France, ces enfants à la croissance hétérogènes jouent les uns contre les autres. Bien évidemment ceux du groupe 3 dans l'exemple ci-dessus (ceux qui ont une croissance rapide et donc des qualités physiques bien supérieures aux autres) se distinguent de leurs congénères des autres groupes. Ils jouent ainsi plus souvent que les autres, sont plus en confiance, ont plus d'assurance... puisqu'ils ont un avantage physique, musculaire voire psychologique. Une sélection « naturelle » qui a toutefois quelques limites puisque une fois la croissance terminée et les retards comblés par ceux qui ont une maturité plus tardive « l'effet de l'âge relatif » n'existe plus. Les jeunes joueurs à croissance rapide ont pu « plafonner » en affrontant des adversaires aux qualités physiques inférieures et les joueurs à maturité plus lente ont pu « décrocher » en raison du manque de confiance ou de la non-sélection a à un moment de la vie où la taille pouvait être confondue avec le talent.

Pour s'affranchir de cela, le programme « Matursport » permet de faire jouer, ensemble, les enfants en fonction de leur groupe de croissance et pas forcément en fonction de leur âge ou de leur catégorie de poids. « Nous ne voulons pas faire jouer les plus grands et les plus costauds entre eux et mettre les petits de côté car ce n'est pas ce à quoi ils seront confrontés plus tard. Le sport permettra toujours aux talents de s'exprimer. L'idée est de permettre aux jeunes qui évoluent plus vite physiquement d'être face à un niveau d'opposition qui correspond à la réalité du moment et ainsi leur permettre de progresser sur d'autres aspects du jeu. Pour ceux dont la maturité est plus tardive, notre volonté est leur permettre de développer leurs compétences techniques et tactiques sans les contraintes liées au physique. Cette répartition permet à tous de trouver davantage de plaisir et des perspectives d'évolution plus favorables avant de se retrouver « demain » tous ensemble.

Les dirigeants de l'ASM Omnisports qui continuent de travailler sur ce programme de Bio-Banding, comme quelques clubs dans le football anglais notamment, avec l'ambition d'optimiser la performance de chacun de leurs jeunes joueurs, souhaitent créer des groupes intercatégories (exemple les moins de 12 ans avec les moins de 14 ans) et donc sans contrainte d'âge avec l'accord des Fédérations respectives, à commencer par la FFR, afin d'aller au bout de la démarche. Ce programme ambitieux a vocation à être largement utilisé pour tous les sports où la détection à un moment « t » n'est peut-être qu'une vision partielle du talent et du potentiel de chacun…

Retour